International

Diplomatie : La France devrait-elle s’inspirer de la Hongrie de Viktor Orban ? Abonnés

Thèmes abordés

EuropeUnion européenneUkraineRussieGéopolitiqueHongrieViktor OrbanOrbanDiplomatie

Le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, démontre une position particulièrement équilibrée sur la question du conflit russo-ukrainien, en contraste avec le bellicisme affiché des puissances occidentales. Cela tout en appelant à un renforcement de la coopération entre la France et l’Europe centrale.

Diplomatie : La France devrait-elle s’inspirer de la Hongrie de Viktor Orban ?
Le 10 mars 2022

Il est vu comme un épouvantail au sein de l’Europe, en raison de ses prises de positions affirmées sur l’immigration, les sujets de société, ou encore son scepticisme vis-à-vis des institutions européennes. Pourtant, depuis le début de la guerre en Ukraine, Viktor Orban fait partie des dirigeants qui affichent l’une des positions les plus intéressantes sur la situation, le plaçant loin des clichés dont il est habituellement l’objet. Un article paru dans le Magyar Nemzet, quotidien conservateur, fait ainsi l’état des lieux de la vision de ce dirigeant controversé qui constate à la fois les torts de la Russie dans ce conflit sans nier une certaine responsabilité de l’OTAN, et soutien le peuple ukrainien tout en refusant une escalade qui pourrait être lourde de conséquence.

Ainsi, du point de vue du premier ministre de la Hongrie, « le plus important, c’est la vie et la sécurité des Hongrois, y compris de ceux de Subcarpatie » (province la plus à l’ouest de l’Ukraine, à la frontière avec la Hongrie et dans laquelle vivent des populations d’origine hongroise), impliquant dès lors que le pouvoir ne prenne pas de décision « de nature à transformer en cible des agglomérations hongroises, ou la population hongroise ». Pour ne pas être considéré comme partie prenante au conflit, le gouvernement hongrois a décidé de ne pas envoyer de soldats ni d’armes sur le territoire ukrainien en affirmant que « le plus important, c’est que la Hongrie reste en-dehors de cette guerre ». Une position en contraste avec celle de l’Union européenne, qui a débloqué 450 millions d’euros pour l’achat d’armes létales à destination des ukrainiens, ce qui a poussé le gouvernement hongrois à interdire dans la foulée le transit d’armes par son pays afin de rester fidèle à sa position. Néanmoins, s’il n’est pas favorable à l’aide militaire, Viktor Orban affirme son soutien au peuple ukrainien, qu’il...

Contenu réservé aux abonnés

69 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter