France

Didier Raoult : "Je n'ai pas beaucoup de respect pour la stratégie mise en place" Abonnés

Thèmes abordés

Raoultgestioncoronavirusvaccin

Invité ce lundi 7 décembre sur Cnews, le professeur Raoult s’est exprimé sur l’actualité. Le directeur de l’IHU de Marseille aborde notamment la question du vaccin qu’il considère comme une « baguette magique », évoque la stratégie désastreuse du confinement général et de la multiplication des tests, et revient sur le scandale du Remdesivir.

Didier Raoult : "Je n'ai pas beaucoup de respect pour la stratégie mise en place"
Le 7 décembre 2020

Interrogé sur l’actualité liée au vaccin, Didier Raoult se montre d’abord peu hostile au professeur Alain Fischer, désigné « monsieur vaccin » du gouvernement, et voit même dans sa désignation une façon de « réhausser le niveau » des scientifiques qui entourent le gouvernement. Mais passé ce point positif, le professeur Raoult reste fidèle à ses convictions initiales et fustige l’ensemble de la stratégie des pouvoirs publics dans la lutte contre l’épidémie.

« Sur les patients que nous avons dépistés et traités, nous avons 1 pour 1000 de mortalité. Il faut donc quelque chose dont on soit sûrs que c’est mieux que 1 pour 1000. Il faut donc sortir de la folie où on vérifie tout le monde tous les jours en disant qu’on ne peut pas les soigner. Si on ne les soigne pas, ce n’est pas 1 pour 1000 de morts que l’on a, c’est beaucoup plus ». Pour Didier Raoult, l’un des principaux problèmes de la gestion du Covid par les politiques reste de rechercher une « baguette magique » au lieu d’appliquer les méthodes éprouvées, à savoir la détection précoce et le soin des malades. Après l’échec du Remdesivir, médicament soi-disant miraculeux mais désormais déconseillé par l’OMS, c’est à présent le vaccin qui est présenté comme la solution magique pour sortir de la crise.

Par ailleurs, le directeur de l’IHU déplore également l’absence de réflexion quant à ces vaccins dont on ne connaît ni l’efficacité, ni les effets secondaires : « On a l’impression dans ce pays qu’on a plus le droit de réfléchir ». Et s’inquiète de l’absence de garde-fous qui entoure ce sujet en matière de conflits d’intérêts, notamment au regard des envolées des cours de bourse qui ont suivi les annonces des vaccins. Didier Raoult indique par ailleurs son scepticisme sur le fait...

Contenu disponible gratuitement

58 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter