France

Des millions d’euros dépensés en cabinets de conseil, un sénateur demande des comptes Abonnés

Thèmes abordés

Olivier Véranenquêteministère de la Santécabinets de conseil

En l’espace de dix mois, le ministère de la Santé a eu recours à des prestations de cabinets de conseil privés pour un montant de plus de 11 millions d’euros, comme l’avait soulevé un rapport parlementaire en date du 4 mars dernier. Le sénateur de Paris Pierre Charon (LR) demande désormais des explications à Olivier Véran concernant ces dépenses.

Des millions d’euros dépensés en cabinets de conseil, un sénateur demande des comptes
Le 14 avril 2021

11,35 millions d’euros : c’est, entre le 12 mars 2020 et le 9 février 2021, la somme dépensée par le ministère de la Santé et la cellule de coordination interministérielle logistique. Un montant qui correspond, selon le rapporteur spécial de l’Assemblée nationale chargé des crédits de la mission Santé du budget de l’État, au paiement de 28 commandes effectuées auprès de sept cabinets de conseils qui ne sont autres que les célèbres firmes Accenture, Deloitte, Citwell, JLL, Roland Berger, CGI et, bien entendu, McKinsey. Ces 28 commandes en seulement 10 mois correspondent donc environ à un peu plus d’une commande toutes les deux semaines, et reviennent à un coût moyen supérieur à 40 000 euros par étude !

Pire encore, le rapporteur relève également qu’en plus des achats effectués par le ministère de la Santé, il existe également d’autres commandes, cette fois en provenance de Santé publique France, et dont le montant reste pour le moment inconnu. À l’appui de ces constatations, le Sénateur Pierre Charon a décidé d’appeler l’attention d’Olivier Véran afin d’obtenir un éclairage sur le bien-fondé de ces dépenses. D’autant que le rapporteur cité par Pierre Charon s’interroge par ailleurs sur la légitimité de certaines de ces prestations, citant par exemple une prestation prévoyant « un appui en réponse aux questions parlementaires et de la Cour des comptes ». Comme le relève à juste titre le sénateur parisien, il y a de quoi s’interroger sur l’utilité des fonctionnaires du ministère de la Santé, alors que ce type de missions devrait en toute logique entrer dans leur champ de compétence…

Mais outre les aspects techniques, la révélation de ces énormes dépenses dans un pays à l’administration pléthorique comme la France pose immanquablement la question des conflits d’intérêts. Au début de l’année, le rôle du cabinet McKinsey dans...

Contenu disponible gratuitement

48 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter