France

Covid-19 et rentrée des classes : les alarmistes reprennent du service ! Abonnés

À quelques jours de la levée de la plupart des dernières restrictions, certaines voix alarmistes s’élèvent pour crier à l’irresponsabilité. Un possible début de retour de l’hystérie sanitaire, alors que les enfants s’apprêtent enfin à retrouver un semblant de vie normale.

Covid-19 et rentrée des classes : les alarmistes reprennent du service !
Le 8 mars 2022

Le Covid-19 ayant disparu des radars médiatiques, il ne restait plus que la crise en Ukraine pour faire de l’ombre à la campagne présidentielle — pour le plus grand bonheur du président-candidat si prompt à jouer le chef de guerre protecteur. Seulement, la très légère hausse du taux d’incidence dans certains départements risque de ramener les blouses blanches sur les plateaux-télés, si facilement remplacées par les treillis ces derniers jours. À l’image du fondateur du site CovidTracker, qui a fait sa réapparition sur les fils tweeters en tendance ces derniers jours : « Une reprise épidémique semble débuter, mais il va falloir attendre quelques jours avant de l’affirmer. Le nombre de cas publié aujourd’hui est en hausse (+7,5%) par rapport à celui de lundi dernier. En moyenne sur la semaine écoulée, le nombre de cas continue de baisser (-7,5%). »

Les experts brandissent désormais la menace du variant BA.2, sous-lignage d’Omicron, arrivé en France en janvier et en passe de devenir majoritaire, et qui serait à 70% plus contagieux. Olivier Véran avait pourtant déclaré mardi 22 février, qu’au vu des connaissances scientifiques du moment, « nous considérons qu'il n'y a pas de risque qu'il y ait un rebond épidémique du BA2 ».

Les élèves sur le banc des accusés

Mais ce n’est pas l’unique élément qui provoque ce début de panique. Alors que la dernière zone est rentrée de vacances scolaires ce lundi, les épidémiologistes remarquent que la carte des zones de vacances scolaires se superpose quasi-parfaitement avec celle des incidences. Ainsi,  les départements où l’incidence est en hausse sont ceux où les enfants ont fait leur rentrée en premier. Ce qui fait dire à l’épidémiologiste à l’École des hautes études en santé publique de Rennes Pascal Crepey, interrogé par Le Parisien : « Depuis le début de l’épidémie, les vacances ont généralement eu...

Contenu réservé aux abonnés

51 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter