france

Congrès Urgences : le gouvernement promet quelques rustines avant les législatives Abonnés

Thèmes abordés

hôpital public

Face à la crise des urgences, la nouvelle ministre de la Santé, Brigitte Bourguignon, a annoncé ce mercredi quelques mesures afin de se prémunir d’un potentiel été particulièrement difficile à l’hôpital, avant le rendu des conclusions de la « mission flash » sur les urgences confiée par Emmanuel Macron au Dr François Braun.

Congrès Urgences : le gouvernement promet quelques rustines avant les législatives
Le 8 juin 2022

Les élections législatives approchent, la Macronie s’agite ! Intervenant au Congrès Urgences à Paris du mercredi 8 au vendredi 10 juin — évènement rassemblant tous les acteurs de la médecine d’urgence — Brigitte Bourguignon, qui a pris la succession d’Olivier Véran au ministère de la Santé, a annoncé dès aujourd’hui une série de mesures destinées à rassurer le secteur avant même que les conclusions de la mission flash sur les urgences du Dr François Braun — président de Samu-Urgences de France et accessoirement référent-santé d’Emmanuel Macron, qui doivent être rendues le 1er juillet. Soit une dizaine de jours après le deuxième tour des élections législatives, ce qui fait un peu tard pour tenter de faire des difficultés hospitalière un argument de campagne électorale. D’autant que cette thématique, dans un pays traumatisé par la gestion catastrophique de la crise sanitaire, est au coeur des préoccupations d’une grande partie de la population depuis que l’association Samu-Urgences de France a indiqué fin mai que 120 services d’urgences ont déjà été forcés de limiter leur activité ou sont en train de s’y préparer.

La ministre a ainsi affirmé que « l’été sera difficile » et qu’il faudra « trouver des solutions pour que les Français ne soient pas privés de soins ». Parmi les solutions présentées, supposées démontrer que « le gouvernement prend ses responsabilités face à la crise » selon les mots de Brigitte Bourguignon, l’exécutif a notamment décidé de réactiver le doublement de la rémunération des heures supplémentaires du personnel non médical et du temps de travail additionnel des médecins, pour l’ensemble de la période estivale. La ministre de la Santé a également annoncé un dispositif exceptionnel destiné à ce que « les élèves infirmiers et aides-soignants ayant achevé leur formation initiale en juin et juillet » puissent commencer à exercer immédiatement, « sans attendre la...

Contenu réservé aux abonnés

23 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter