Analyses

Confinement d’un mois dans 16 départements : les mesures de trop ! Abonnés

Thèmes abordés

confinementÎle-de-FrancecastexVéran

Dans sa traditionnelle conférence de presse du jeudi soir, le Premier ministre a annoncé un confinement dès vendredi minuit pour 4 semaines dans 16 départements. En prétendant « freiner sans enfermer », le gouvernement s’entête à prendre des mesures qui détruisent l’économie du pays et le moral de plus de 20 millions de Français.

Confinement d’un mois dans 16 départements : les mesures de trop !
Le 18 mars 2021

Au motif de « freiner » l’épidémie, de nouvelles mesures ont été annoncées ce jeudi soir dans 16 départements et concerneront la région des Hauts-de-France, d’Île-de-France, ainsi que les Alpes-Maritimes, l’Eure et la Seine-Maritime. Les établissements scolaires resteront ouverts et les lycées fonctionneront en demi-jauge. Les « commerces de première nécessité » resteront ouverts (incluant les disquaires et les libraires). Quand aux autres commerces considérés donc comme « non-essentiels », ils apprécieront d’être, une fois de plus, privés de la possibilité de travailler. Et l’absurdité des rayons bâchés dans le magasins sera une nouvelle fois d’actualité… Enfin, les déplacements inter-régionaux seront en principe interdits aux habitants des départements concernés, sauf « motif impérieux ou professionnel ».

Une nouveauté, cependant : il sera possible de sortir de chez soi (encore une fois, muni du procédé relativement humiliant de l’auto-attestation) mais dans un rayon, cette fois, de 10 kilomètres et sans limitation de durée. Le couvre-feu va être repoussé à 19h à compter de samedi sur toute la France pour « s’adapter à l’heure d’été ». Ou peut-être car cette mesure insensée est, en réalité, inapplicable et peu suivie par des citoyens excédés ?

Selon le Premier ministre, la doctrine est donc de « freiner sans enfermer », tout en précisant que « Rendre plus faciles les activités en extérieur ne doit pas être le prétexte à des barbecues entre amis, à des regroupements dans l’espace public ou dans les parcs ». Sans oublier les menaces qui vont avec, bien entendu, car des « consignes strictes seront passées aux préfets pour interdire la fréquentation de certains espaces publics ». En réalité, le seul freinage à comprendre est celui d’un nouveau ralentissement brutal des libertés dont nous sommes privés depuis maintenant une année.

Une nouvelle fois, le gouvernement ne retient aucune leçon...

Contenu disponible gratuitement

11 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter