France

Conduite « éco-responsable » : les applications GPS contraintes à culpabiliser les usagers Abonnés

Thèmes abordés

psychologieécologieenvironnement

Un nouveau décret impose entre autres, aux applications de guidage routier d’afficher une estimation de la pollution provoquée par chaque trajet. Une nouvelle manière d’infantiliser les automobilistes.

Conduite « éco-responsable » : les applications GPS contraintes à culpabiliser les usagers
Le 9 août 2022

Depuis le 1er mars dernier, les Français avaient déjà droit aux messages de prévention encourageant à moins polluer sur les publicités de voitures. Désormais, l’État a décidé d’imposer une sensibilisation de plus en plus intrusive. Un décret publié au Journal officiel le 3 août dernier imposera bientôt aux sites et applications de guidage GPS comme Waze, Google Maps, Mappy ou Bonjour RATP d’indiquer aux utilisateurs des informations précises sur la pollution de leur trajet.

Concrètement, dès qu'un utilisateur recherchera un trajet, l’application devra obligatoirement afficher une estimation des quantités de gaz à effet de serre et de polluants (comme les oxydes d'azote ainsi que les particules fines) rejetés dans l’air. Et ce n’est pas tout. Émanant de l'article 122 de la Loi Climat et Résilience votée en août 2021, cette disposition contraint aussi les applications à « mettre en avant » les « propositions d'itinéraires dont l'impact est le plus faible en termes d'émissions de gaz à effet de serre ». Lorsque le trajet comprendra un passage en voiture sur une portion où la vitesse maximale autorisée est supérieure ou égale à 110 km/h, les plateformes devront inciter l’usager à choisir un itinéraire alternatif prévoyant une baisse de 20 km/h de la vitesse.

Mais ce n’est qu’une première étape. Car à partir du mois de décembre, tous les sites et applications auront l’obligation de diffuser des messages de sensibilisation lorsqu’un utilisateur envisage un trajet en voiture. À côté d’un «#SeDéplacerMoinsPolluer », les utilisateurs seront assaillis de messages comme « pour les trajets courts, privilégiez la marche ou le vélo » ou « passer de 130 km/h à 110 km/h sur autoroute réduit votre consommation de 20 % ». Et au cas où ils n’auraient toujours pas retenu la leçon, les applications devront les informer d'éventuelles restrictions de circulation — comme les Zones à faibles...

Contenu réservé aux abonnés

30 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter