france

Chasse aux fêtards, dispersions et grenades lacrymogènes : drôle de façon de fêter la musique ! Abonnés

Thèmes abordés

JeunessepoliceMacronFêtes en extérieurdarmaninfête de la musique

Alors que les rassemblements de plus de 10 personnes étaient interdits pour des motifs prétendument « sanitaires », une partie de la jeunesse a tout de même décidé de profiter de la fête de la musique… pour finalement se retrouver sous les gaz lacrymogènes et les charges policières. Pendant ce temps, Emmanuel Macron écoutait tranquillement Jean-Michel Jarre et Marc Cerrone.

Chasse aux fêtards, dispersions et grenades lacrymogènes :  drôle de façon de fêter la musique !
Le 22 juin 2021

Levée du couvre-feu ne signifie décidément pas « retour à la vie normale » dans l’esprit de nos dirigeants. Et la fête de la musique du lundi 21 juin 2021 en aura été une illustration particulièrement flagrante, entre l’impossibilité, pour les musiciens amateurs, de donner des concerts sur la voie publique et l’interdiction générale des rassemblements de plus de 10 personnes. Pas de quoi décourager pour autant les milliers de personnes qui n’attendaient qu’une occasion de se réunir afin de profiter enfin d’un évènement supposément sans trop de contraintes.

Dès le début de la soirée, ce sont des centaines de personnes qui s’étaient réunies au bois de Vincennes. Un peu plus loin, c’est le jardin des Tuileries qui a accueilli une soirée « projet X » sur le modèle de celles qui se sont déroulées aux Invalides quelques jours avant la levée du couvre-feu. Sur les quais de Seine, plusieurs centaines de personnes étaient également réunies, avant que des CRS ne viennent les disperser. Ce qui n’a pas empêché le cortège de se reformer presque aussitôt, cette fois au milieu de la circulation : 


https://twitter.com/ClementLanot/status/1407061097518190596?s=20


À quelques encablures de là, devant l’Hôtel de Ville de Paris, des milliers de jeunes réunis ont occasionné un mouvement de foule au moment où la police est arrivée, voyant des groupes entiers s’enfuir dans les rues, certains criant même ironiquement « merci Macron ! » — en dépit des efforts récemment déployés par ce dernier pour tenter de les séduire. Dans de nombreux quartiers de Paris, comme à Montmartre ou sur la place Vendôme, on a pu assister inlassablement aux mêmes scènes où chaque moment de convivialité s’est vu gâché par les interventions des forces de l’ordre, qui ont d’ailleurs été régulièrement huées.

Mais après ces multiples anicroches, c’est à la tombée de la...

Contenu réservé aux abonnés

59 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter