international

Bologne : futur laboratoire du crédit social en Europe Abonnés

Thèmes abordés

Italieidentité numériquenumérique

La ville de Bologne (Italie) va lancer à titre expérimental un Smart citizen wallet : un système de score récompensant des comportements définis comme vertueux. Une expérience inédite en Europe, calquée sur le modèle chinois du crédit social.

Bologne : futur laboratoire du crédit social en Europe
Le 16 avril 2022

Si certains observateurs avisés en avaient déjà fait le constat avec la mise en place du pass sanitaire, voilà que la dystopie devient doucement réalité en Europe. Et plus particulièrement dans la ville de Bologne, en Italie, qui va être la première ville européenne à expérimenter un système de crédit social à la chinoise. En effet, selon la presse locale, nos voisins transalpins s’apprêtent à mettre en place un Smart citizen wallet (ou un « portefeuille du citoyen vertueux » en bon français) après l’été 2022. Bien sûr basé sur le volontariat — pour le moment en tout cas —, le projet devrait démarrer après l’été prochain.

Interrogé par le journal Corriere de Bologna, Massimo Bugani qui avait travaillé sur le projet avec l’administration Raggi explique que l’idée s’apparente au mécanisme d’une collecte de points de supermarché : « Les citoyens seront reconnus s’ils trient les déchets, s’ils utilisent les transports en commun, s’ils gèrent bien l’énergie, s’ils ne prennent pas de sanctions de la part de l’autorité municipale, s’ils sont actifs avec la Carte Culture. » Des comportement unilatéralement considérés comme « vertueux » permettront d'attribuer un score aux participants, leur permettant d’accéder à des lots, actuellement « en cours de définition »

La menace d’un Black Mirror à l’italienne ne semblant pas enthousiasmer les foules, les porteurs du projet ont tenu à se montrer consciencieux en déclarant que « la question de la vie privée et de la résistance que ce projet pourrait rencontrer chez les citoyens demeure » — feignant d’ignorer la menace principale, à savoir un modèle de société sans libre arbitre —; tout en s’empressant de préciser : « Évidemment, personne ne sera obligé de participer ». Mais ces derniers comptent bien convaincre les plus rétifs avec les avantages qui seront conférés aux « bons » citoyens : « Nous voulons qu’ils comprennent...

Contenu réservé aux abonnés

33 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter