international

Au Québec, la science est la grande absente de la gestion de crise sanitaire Abonnés

Thèmes abordés

confinementmasqueCanadarestrictions sanitairesinternationalQuébec

En matière de gestion calamiteuse de la crise, la France n'a pas à rougir : sa cousine québécoise est tout aussi déconnectée et catastrophiste. 

Au Québec, la science est la grande absente de la gestion de crise sanitaire
Le 21 mai 2021

Le 1er mai dernier, une longue marche pacifique à Montréal a réuni autour de 150 000 personnes selon les organisateurs et… 30 000 selon le Journal de Montréal. Une marche contre les mesures coercitives au Québec, avec un encadrement au cordeau par un service d’ordre qui veillait au grain afin qu’il n’y ait aucun débordement. Et il n’y en a eu aucun. Ce qui n’a pas empêché le Premier ministre du Québec, François Legault, de balayer d’un revers de main cette réclamation du retour à une vie normale par un : « Ils ne sont pas nombreux et nous donnerons plus de contraventions la prochaine fois » … Du côté fédéral canadien, c’est le chef néo-démocrate Jagmeet Singh qui s’est fendu d’un : « Ces gens qui ont participé à ces manifestations anti-masques, ne nous leurrons pas. Ce sont des gens qui défilent dans des manifestations antigouvernementales suprématistes nationalistes blanches à peine voilées ».

Les citoyens, excédés, accusés d'être d'extrême-droite

Quand on sait que cette marche a réuni des gens de toutes les origines possibles et imaginables, depuis des pays d’Afrique à ceux d’Europe en passant par l’Asie sans oublier bien entendu les Canadiens … On comprend aisément que c’est encore là une tentative de museler le peuple dans un chantage méphitique. D’ailleurs, afin de bien discréditer ce mouvement, le même Journal de Montréal (ne cherchez pas, il n’y a aucun équivalent en France) avait titré : « Singh fait un rapprochement entre antiscience et extrême-droite » … Raisonnement par l’absurde, que tout le monde aura reconnu. Malheureusement le fossé se creuse de plus en plus au Québec, avec des gens qui adhèrent massivement aux mesures sans queue ni tête, les justifiant par les 126 personnes en soins intensifs sur 107 hôpitaux au Québec, soit 1,17 (!) personne par hôpital,...

Contenu réservé aux abonnés

58 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter