France

400% de réas saturées fin avril ? L’alarmisme de l’AP-HP tombe (encore) à l’eau Abonnés

Thèmes abordés

aphpRéanimation

Dans une réunion de crise fin mars, plusieurs médecins de l’Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) prévoyaient une explosion des réanimations en Île-de-France fin avril, si un confinement strict n’était pas décidé. Mais entre ces prévisions et la réalité, il y a un monde.

400% de réas saturées fin avril ? L’alarmisme de l’AP-HP tombe (encore) à l’eau
Le 30 avril 2021

Samedi 27 mars dernier, une réunion de crise s’est tenue en visioconférence entre les ténors de l’AP-HP. Ni une ni deux : le lendemain, un régiment de blouses blanches ont déboulé dans les médias pour réclamer un confinement strict, et ce, quelques jours avant l’allocution d’Emmanuel Macron le 31 mars. Même si le président satisfaisait leur enfermisme obsessionnel, la situation aurait quand même été dramatique : avec un confinement strict démarré 1er avril, le pic aurait été atteint le 12 avril avec un nombre de malades en réanimation s'élevant à 3 470, selon ces projections. Rien que ça ! « Tout cela veut dire 400% du capacitaire normale de la réanimation » s’alarmait l’infectiologue Gilles Pialoux le 30 mars sur France Inter.

Mais malgré cette catastrophe inévitable, il fallait tout de même prendre ces mesures, et vite ! Car sans cela, la situation aurait été encore pire… Le professeur Bertrand Guidet, chef de service de réanimation à l'hôpital Saint-Antoine, affirmait sans sourciller que « si on attend un peu, c'est-à-dire un confinement le 8 avril, le pic serait autour du 19 avril avec des chiffres vertigineux, plus de 4 000 personnes en réa en Île-de-France, on parle de 4 400 malades », s’avançait-il, avant de brandir la menace du tri des patients : « Donc clairement, on ne sera pas capables de faire face à la demande… On admettra en réanimation les malades dont on pense qu'ils vont le plus en bénéficier. Que fait-on des autres ? ». Coup de chantage qui, rappelons-le, avait été lancé par 41 médecins de l’AP-HP dans une tribune parue dans le JDD le 28 mars, avant d’être dénoncé par de nombreux médecins, dont la direction de la FHF (Fédération hospitalière de France) d’Ile-de-France.

Un mois après, qu’en est-il réellement ? Le 12 avril,...

Contenu disponible gratuitement

29 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter