France

4 millions de désactivés : et si c’était une bonne nouvelle ? Abonnés

Dès aujourd'hui, environ 4 millions de Français vont voir leur pass sanitaire désactivé. Bien que silencieuse, cette fronde à la politique gouvernementale pourrait bien jouer des tours à la stratégie du président..

4 millions de désactivés : et si c’était une bonne nouvelle ?
Le 15 février 2022

À partir d’aujourd’hui, mardi 15 février, la liste des « irresponsables » s’allonge. Emmanuel Macron avait réussi à contraindre 92% des Français de plus de 12 ans à se vacciner en instaurant le pass sanitaire. Mais malgré la mise en place du pass vaccinal désormais conditionné à un rappel obligatoire, la pilule semble être plus difficile à faire avaler puisque seulement 58% d’entre eux ont cédé à la dose de rappel pour conserver leur QR code.

Car dès à présent, tous les plus de 18 ans qui n’ont pas fait de troisième dose ou d’infection alors qu’ils ont réalisé leur deuxième dose ou qui ont été infectés il y a plus de quatre mois (contre 6 mois auparavant) perdent leur pass sanitaire aujourd’hui. Selon la Direction générale de la santé, ils sont près de 4 millions dans cette situation à grossir les rangs des « non-citoyens » — selon les nouveaux critères macroniens.

L’expression d’une opposition franche à la politique liberticide de l’exécutif ? C’est en partie le cas, surtout chez les tranches d’âge les plus jeunes, qui sont plus réticents à faire la troisième dose alors même qu’ils sont les principales cibles des restrictions du pass vaccinal. Et puis les très nombreuses contaminations de ces dernières semaines ont permis à beaucoup de personnes d'échapper à cette dose pour avoir leur QR code. Mais il ne faut pas écarter le fait que les règles incompréhensibles de l’exécutif et la perspective d’une fin relativement proche du pass vaccinal ont également dissuader bon nombre de Français de continuer à obéir aux injonctions gouvernementales.

Quoiqu’il en soit, qu’il s’agisse d’une résistance volontariste ou d’une simple lassitude, la réalité est bien là : le narratif anxiogène ne prenant plus, la campagne vaccinale qui semblait interminable pourrait bien marquer le pas dans les mois à venir. Ce qui pourrait...

Contenu réservé aux abonnés

25 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter